Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Femmes dans l'Histoire

Les Femmes dans l'Histoire

Blog d'Histoire sur le thème de la femme. Périodes abordées : Antiquité, Moyen-Âge, Renaissance, Epoque moderne, Epoque contemporaine.


Madame Bovary ou la déception d'une vie amoureuse idéalisée

Publié par Céline sur 11 Août 2010, 12:22pm

 

141329.jpgCompte-rendu de lecture pour le Challenge littéraire de la Librivore

 

Madame Bovary : une idéalisation de la passion amoureuse à son paroxysme, conduisant indubitablement à la désillusion.

 

Emma Rouault, fille de paysan relativement aisé, élevée au couvent, épouse Charles Bovary, un brave médecin de campagne, très amoureux d’elle, et n’aspirant qu’à une vie simple et rangée.

 

Au départ plutôt enthousiaste à l’idée de ce mariage, Emma découvre peu à peu la médiocrité, selon elle, de son mari, tant dans le domaine médical que dans la vie quotidienne. Cette vision négative et quelque peu erronée de la réalité est amplifiée par les lectures à l’eau de rose d’Emma, qui ne reconnaît en Charles aucune des qualités masculines et romanesques des héros des romans qu’elle dévore avidement.

 

Loin de l’image qu’elle se fait d’un homme et de la passion amoureuse, Charles n’en devient que plus insupportable à ses yeux. Pensant être en train de gâcher sa vie, menant une existence monotone et routinière que la naissance de sa fille ne parvient pas à enjoliver, Emma ne rêve que de bals (dont l’obsession est inspirée par son séjour au château de la Vaubyessard), de sentiments exacerbés, de passion, de luxe et d’argent.

 

Victime de ce que l’on pourrait appeler le « mythe du Prince Charmant », elle se lance alors dans une course effrénée au bonheur en se jetant successivement dans les bras de deux hommes dont, croit-elle, l’image correspond au portrait de l’homme parfait. Néanmoins, tour à tour lassés et effrayés de ses discours empathiques et ses incessantes demandes de preuves d’amour, ces derniers la laisseront tomber. Désillusionnée, incapable de rentrer dans le moule des femmes de son époque, Emma se suicide en consommant de l’arsenic, laissant Charles inconsolable.

 

A sa parution en 1856, le livre fait scandale. Considérée comme une atteinte aux bonnes mœurs, l’œuvre de Flaubert, ainsi que son auteur, font l’objet d’un procès. Pourquoi une telle polémique ?

 

Il faut remettre les choses dans le contexte du XIXème siècle. En effet, le livre traite de l’adultère et remet en question le statut de la femme et la vision du couple. Au XIXème siècle, la femme, celle de la bourgeoisie surtout, n’a jamais été aussi enfermée dans le monde domestique et sous contrôle masculin. Eternelle mineure, elle dépend d’abord de son père, puis de son époux. En effet, dès le début du siècle, le code napoléonien a restreint encore plus le peu de liberté que la femme détenait auparavant : elle ne possède aucuns droits civils et politiques. Elle est sous totale tutelle de l’époux pour les actes les plus banals de la vie quotidienne, comme trouver un travail ou ouvrir un compte. En 1816, le divorce, acquis de la Révolution, est interdit.

 

La moralité atteint aussi son paroxysme : l’Eglise, dont l’influence avait quelque peu diminué depuis la Révolution Française, revient sur le devant de la scène. Elle institue à nouveau la famille et la religion comme sphères fondamentales de la société. Le célibat et le couple illégitime (adultère ou concubinage), considérés comme des « unions » à but uniquement charnel, sont largement condamnés : la femme est là pour enfanter dans le mariage légal au sein duquel elle ne doit tirer aucun plaisir physique, s’occuper de la maison, de l’éducation des enfants et des œuvres de charité. Là s’arrête son rôle.

 

Or, Madame Bovary remet en cause ce système. Tout d’abord, il traite en majeure partie de l’adultère, acte ô combien réprimé par la loi et la société, et par conséquent remet en question l’institution du mariage. Mais surtout, il est l’image d’une femme qui, incapable de se limiter à la sphère domestique et familiale et d’entrer dans ce moule rigoureux qu’est la morale bourgeoise, étouffe et s’ennuie, et tente de chercher un peu de piment à son existence. Cette recherche effrénée du bonheur ne peut conduire qu’à sa perte puisque ses amants, hommes du XIXème siècle conscients de la pression sociale exercée sur eux, l’abandonnent, mais aussi parce qu’une fois la sphère publique au courant de l’adultère d’une femme respectable, celle-ci est, indubitablement, socialement perdue et stigmatisée.

 

Madame Bovary, Emma ou la volonté de combattre les préjugés sociaux et de revendiquer sa part d’individualité. A lire ou relire, ce n’est absolument pas démodé !

Commenter cet article

Rémi 12/11/2015 18:44

J'ai beaucoup apprécié votre analyse, néanmoins j'aimerai juste rappeler que l'Église n'a jamais considéré la femme uniquement comme juste bonne à enfanter, il est d'ailleurs dit clairement dans la Bible que femme et homme sont égaux. L'Église n'était pas plus sur le devant de la scène qu'elle ne l'est aujourd'hui. Mais à part cela, j'ai beaucoup aimé votre analyse sur un roman aussi complexe et captivant que Madame Bovary.

Rémi 13/11/2015 00:04

Effectivement, vous avez raison, je ne peux pas le nier. Merci encore pour cette analyse, qui m'a beaucoup aidé à mieux comprendre le roman!

Celine 12/11/2015 22:38

Merci pour votre commentaire. Cependant, ne confondez pas ce que dit la Bible et ce que dit l'Eglise. Il a en effet été démontré, par exemple, que Jésus (d'après toutes les sources qui le mentionnent, Evangiles comprises) mettait les femmes sur le même pied d'égalité que les hommes. Que la Bible fasse part de cette égalité est une chose (et encore, l'épisode Adam et Eve est assez misogyne à mes yeux), mais l'interprétation que l'Eglise et ses clercs en font en est une autre. Lisez les textes d'érudits ecclésiastiques tout au long de l'histoire (en particulier au Moyen-Âge et à l'époque moderne), vous verrez que la femme n'a pas vraiment bonne presse...

Cordialement.

testing omni tech support 03/02/2015 09:39

I do agree that there are some changes in the character of women when compared to nineteenth century. We must respect women in our society. They have capability to change this world. I wish to get a copy of this book.

custom essay writing company 29/01/2015 10:16

Subjects like history, geography give you knowledge about surroundings'. It enhance your exposure about the world and tell you what has happened in the past. That’s why it is very important to study them.

sylvyye 01/01/2012 18:37

Madame Bovary.... le plus beau roman qui fut jamais écrit.

June 31/08/2010 12:47


je viens de terminer mon billet sur ce livre et j'en arrive à la même conclusiion cette histoire est intemporelle voire universelle ! je n'ai pas fait une analyse aussi pointue que la tienne mais
plutôt des impressions après lecture un avis personnel ... si tu veux jeter l'oeil ;-) tres bon moment passé avec Flaubert


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents